Eglise de Saint-Philbert-sur-Risle
Accueil
newsletter

L’église de Saint-Philbert-sur-Risle

Eglise romane du XIIIe siècle, Saint-Philbert abrite des fresques classées de la Renaissance, un culte de Sainte Radegonde ainsi qu'un très bel espace paysager avec le Parc du Prieuré

De la construction romane du XIIIe siècle en forme de croix, il ne subsiste que la tour carrée massive et centrale qui sert de base au clocher : elle n’a que quelques petites ouvertures sous une corniche portée par des corbeaux à têtes d’hommes et d’animaux, et elle est surmontée d’une haute toiture en hache garnie d’abat-son. Cette tour repose intérieurement sur quatre piliers massifs ornés de colonnettes aux chapiteaux très ouvragés et élégants au nord et à l’est. Les doubleaux au sud et à l’ouest ainsi que toute la voûte ont été refaits au XVIe siècle.
Le chœur a été complètement fermé et transformé en chapelle accessible seulement depuis le parc du Prieuré mais aujourd’hui désaffectée du culte. Epaulée par des contreforts à glacis et soigneusement bâtie en pierre de taille, cette chapelle présente des baies gothiques en tiers-point à remplage flamboyant.
Le croisillon nord a été supprimé (comme l’atteste le remplissage extérieur en brique bien visible du parc du Prieuré). Le croisillon méridional a été entièrement reconstruit au XVIe siècle, présentant un élégant assemblage de silex carré et de pierre blanche. Comprenant au midi une porte en arc surbaissé et à moulures creuses, ce croisillon est éclairé par de larges fenêtres en tiers-point à remplage flamboyant.
Remaniée au XIXe siècle, la nef a été percée au Sud de trois grandes baies en tiers-point et au nord de fenêtres cintrées. Mais la restauration de la fresque a révélé au Sud deux fenêtres du XIIIe : toujours murées, ces fenêtres romanes ont été mises en valeur. De même, l’emplacement de ces fenêtres d’origine se lisent bien dans les contours de la fresque peinte au XVe, un agencement perturbé par le percement des nouvelles fenêtres au XIXe.

Le mobilier

- statue polychrome en pierre de saint Philbert (XVe siècle)
- statue polychrome en pierre de saint Nicolas (XVIe siècle)
- belle pierre tombale de Nicolas Dubosc, prieur du prieuré du Bec
- bahut en bois sculpté de la fin du XVe siècle

Les fresques de la Renaissance

Sur le mur intérieur Sud de la nef, cette fresque polychrome raconte la vie de Saint-Ouen, évêque de Rouen et contemporain de saint Philbert. Datée du XVe siècle et inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques, cette fresque a été intégralement restaurée en 2000.

Le Prieuré du Bec

Dans le grand parc clos par un haut mur en silex s’élevaient, derrière l’église dès le Moyen-Age, les bâtiments d’un prieuré dépendant de l’abbaye du Bec. Le bâtiment conventuel, qui abritait une communauté d’une dizaine de moines, était accolé au croisillon nord de l’église, comme l’ont révélé des fouilles archéologiques à la fin du XXe siècle. Le four à pain-colombier carré en colombage date du XVIIe siècle tout comme le petit manoir à l’entrée qui était le logis du prieur. La maison de briques au centre du domaine est plus récente (XIXe siècle).

Le culte de Sainte Radegonde

Liée à la source qui coulait devant l’église, Sainte Radegonde est réputée guérir les maladies de peau. Elle est toujours invoquée par les pélerins comme l’attestent les ex-voto autour de sa statue proche de la porte dans le croisillon Sud.

Au départ de l’église

- chemins pédestres du Rossignol (10,2 km) et du Nid de Chien (7,7 km)
- le Prieuré de Saint-Philbert : site accueillant de nombreuses manifestations dont la fête d'automne autour de la pomme
- la Véloroute remontant la Risle de Pont-Audemer à Rugles

Services proches

- Chambres d’hôtes « le Roy Moulin » à Glos-sur-Risle

 98 Ko
 95 Ko
 117 Ko
MAP


Conception et hébergement ehoui exploitation