l'église de Saint-Etienne-l'Allier
Accueil
newsletter

L’église de Saint-Etienne-l’Allier

Elle doit son élégante silhouette à la tour en pierre du milieu du XIIIe siècle construite au nord du chœur. Epaulée par de puissants contreforts et percée de baies en tiers-pont, cette tour est surmontée d’une haute flèche octogonale cantonnée de quatre lucarnes qui laisse s’exprimer uen cloche de 1760. Cette tour est aussi ornée de figures grotesques sur ses modillons.
Bâtie au XIIe siècle en silex noyés dans le mortier, la nef présente des contreforts larges et plats montant jusqu’à la corniche. Les fenêtres nord, étroites baies de plein cintre, ont gardé le style roman d’origine. Une corniche-tablette soutenue par des corbeaux à masque et de types divers se poursuit tout autour de l’édifice. Et d’autres fenêtres en cintre surbaissé et à meneau et remplage flamboyant ont été ouvertes au XVIe siècle.
A l’ouest, la façade en échiquier de pierres, briques et silex a été reconstruite au XVIIe siècle et elle est percée d’une rosace. En avant de la nef, une chambre de charité a été construite en appentis au XVIe siècle.
A l’Est, le chœur du XIIe siècle présente au chevet les traces d’une large baie en tiers-point. L’arc triomphal en cintre brisé et à double ressaut repose sur deux massifs dont les colonnettes engagées ont des chapiteaux à palmettes.

Le mobilier

- boiseries sculptées et classées du XVIIe siècle : la clôture de chœur, le retable du maître autel, les deux autels latéraux avec les statues de la Vierge, de saint Etienne et de saint Joseph portant l’enfant Jésus.
- chaire ornée de peintures illustrant la nativité et le martyre de saint Etienne
- 7 vitraux contemporains signés François Décorchemont
- toiles de la fin du XVIIe siècle et du début XVIIIe

Un mystérieux gisant

Dans le chœur de l’église, une statue de gisant (défunt les mains jointes et allongé sur son lit de mort) fut découverte pendant les travaux de restauration, derrière une grille en fer forgé et sous des planches de bois recouvertes par un amas de pierres, comme si on avait voulu le cacher.
Il s’agit d’un enfeu : niche funéraire à fond plat pratiquée dans les murs des églises pour y recevoir des tombes. Ce mystérieux défunt pourrait être un prêtre ou un seigneur et la statue remonterait au XIVe siècle.

Saint Etienne l’Allier

Le nom de la commune vient de son saint patron (St Etienne) et du nom de son seigneur (Lallier). Au Moyen Age, la commune est très liée à la rivière puisqu’elle s’appelle Saint-Etienne-du-Val-Lallier. Ce n’est qu’en 1880 que Lallier prendra une apostrophe pour devenir l’Allier

Services et activités proches

- café-épicerie devant l'église
- départ des chemins pédestres du Caillou Marais et de la Véronne
- circuit vélo familial de la Véronne
- sur le circuit des Maquisards à suivre avec un baladeur multimédia
- chambres d'hôtes du Bois Carré et du Moulin de Grainville
- gîte du Pressoir du Câble

 45 Ko
 36 Ko
 55 Ko
MAP


Conception et hébergement ehoui exploitation