Eglise romane de Saint-Germain-Village
Accueil
newsletter

L’église de Saint-Germain-Village

Près de Pont-Audemer dans la vallée de la Risle, l’église de Saint-Germain-Village présente une architecture romane bien conservée.


Classé à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (depuis le 12 juillet 1886), l’église de Saint-Germain-Village est considérée comme l’une des plus belles églises romanes de Normandie.

De la construction originale du XIe siècle subsistent la nef, la massive tour de pierres surmontant la croisée du transept, l’absidiole Nord et la simplicité de l’architecture intérieure (colonnes massives, chapiteaux sobrement décorés). Puis les travaux successifs ont certes réduit sa longueur de 30 mètres par la destruction de 3 travées de la nef, mais l’ont aussi enjolivé :

- à l’extérieur, un décor roman du XIIe siècle sous la corniche sculptée en damier : les modillons sculptés représentent des têtes d’animaux, des masques ou des personnages.

- le portail du XIIe siècle, provenant de l’église Notre-Dame du Pré de Pont-Audemer, a été remonté au début XIXe siècle (les ruines de cette église ont été rasées au XXe siècle).

- un chevet plat percé d’un fenestrage flamboyant à 6 lancettes remplace l’abside principale du chœur démolie au XIVe siècle : les vitraux classés du XVe évoquent la vie de Saint Germain et apportent une nouvelle lumière toute « gothique » à cet édifice essentiellement roman. A droite du chœur, on peut observer une jolie piscine Renaissance.

- une chapelle plus vaste avec un gisant du XVe a pris la suite de l’absidiole méridionale (aujourd’hui sacristie)

- le transept Nord est orné d’un vitrail de Max Ingrand (années 1950) qui représente le couronnement de la Vierge.

Ouverture au public

- sur demande à la mairie aux horaires d’ouverture
- pendant les Journées du Patrimoine

Autres monuments religieux dans le Pays Risle Estuaire

Une construction très ancienne

Dès sa création au XIe siècle, l’église est bâtie en dehors de l’enceinte de la ville de Pont-Audemer, le long de la voie romaine qui allait assurer le développement de cette paroisse dépendante de l’abbaye Saint-Pierre des Préaux.

Pendant sa construction, un marchand offrit un bœuf, honorant sa promesse si l’édifice dépassait la hauteur de l’autel à son retour de Paris où il conduisait un troupeau de bœufs. En remerciement, les ouvriers sculptèrent la tête de l’animal sur les murailles. La statue du bœuf au sommet du transept Nord rappelle toujours cette anecdote.

Saint Gilles : l’un des saints les plus populaires

Ermite d’origine grecque, retiré dans la forêt proche de Nîmes, Gilles se nourrissait du lait d’une biche apprivoisée.

Au cours d’une partie de chasse, le roi wisigoth Wamba poursuit la biche qui se réfugia auprès de l’ermite : visant la biche, la flèche du roi blessa alors l’ermite. Pour se faire pardonner, le roi lui fit construire un monastère bénédictin près des bouches du Rhône.

Conservant le tombeau du saint, l’abbaye Saint-Gilles dans le Gard devient un lieu de pèlerinage renommé entre Rome et Compostelle.

Et le culte de saint Gilles se répandit dans toute l’Europe du Nord, car on lui attribue de nombreux bienfaits : patron des tireurs à l’arc, des infirmes et des estropiés (parce qu’il avait été blessé par une flèche) mais aussi des mères allaitant leurs enfants (la biche lui servant de nourrice), saint Gilles est aussi invoqué contre les peurs et les cauchemars nocturnes des enfants.

Le pèlerinage à Saint-Gilles

La léproserie Saint-Gilles fut créée en 1135 en dehors de la cité de Pont-Audemer et du faubourg de Saint-Germain-Village, sur la route d’Honfleur (à l’emplacement du château actuel édifié en 1895) : c’était un prieuré doté d’une chapelle et confié à des religieux détachés du prieuré Saint-Yves de Chartres.

Pour assurer son financement, la foire Saint-Gilles se tenait tous les 1ers septembre : cette foire aux bestiaux perdura jusqu’en 1960.

En même temps, le pèlerinage à Saint-Gilles était également l’un des plus importants de la région et aboutissait à la chapelle du Prieuré.

Après le rattachement de la léproserie à l’hôpital de Pont-Audemer en 1704, la chapelle fut détruite en 1793. La statue de saint Gilles et le pèlerinage furent transférés à l’église de Saint-Germain-Village : la chapelle Saint-Gilles se trouve dans le transept Sud.

En 2001 fut bénie une nouvelle statue sculptée par Hubert Bocquet.

Situation de l’église de Saint-Germain-Village

- au départ du Chemin pédestre du Gibet (8,2 km, balisé bleu)
- tout proche de Pont-Audemer : circuit du patrimoine, église Saint-Ouen, musée Canel, office de tourisme
- à 500 mètres du restaurant la Forge

 35 Ko
 34 Ko
 44 Ko
 78 Ko
MAP


Conception et hébergement ehoui exploitation